Direccte Grand-Est
+ services en département
 

 

Plan de relance de l’automobile

| Publié le 14 août 2020 | Dernière mise à jour le 20 octobre 2020
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Produire en France les véhicules propres de demain pour rester une grande nation de l’automobile.

La crise sanitaire a complètement affaibli la filière automobile (arrêt quasi total pendant deux mois), alors que celle-ci traversait déjà des moments difficiles, faisant face au défi d’engager des investissements significatifs pour évoluer vers les motorisations électriques.

Pour permettre à la filière automobile de rebondir après la crise, le président de la République a lancé le 26 mai 2020 un vaste plan de relance automobile dont l’objectif est de produire en France les véhicules propres de demain pour rester une grande nation de l’automobile. Le budget total est de 8 Md€ d’aides d’investissements et de prêts.

1. Un soutien immédiat à la demande

  • à partir du 1er juin et jusqu’à la fin de l’année, renforcement des bonus écologiques pour encourager l’achat de véhicules électriques (montant du financement de l’État pour 2020 : 535 millions d’euro) et dynamisme de la prime à la conversion 800 M€, pour 2020 ;
  • mobilisation de la commande publique, dès le 1er juin 2020, l’État et les établissements publics achèteront VE, hybrides ou hydrogène ;
  • accélération du déploiement des bornes de recharge, 100 000 bornes seront installées d’ici fin 2021

2. Un soutien à l’offre, à l’investissement pour consolider et rendre compétitif

  • Un fonds avenir automobile géré par la BPI (intervention en fonds propres et quasi fonds propres) déjà existant, abondé de 600 M€, dont 100 M€ pour chacun des constructeurs.
  • Un fonds de modernisation de 200 M€/an sur 2 ans, avec un soutien à l’investissement.
  • Un fonds de 150 M€/an sur 5 ans pour soutenir principalement des projets de R&D.

3. Le soutien à l’usine pilote de fabrication de batteries électriques

Projet allemand porté par SAFT (filiale de Total) et PSA rejoint par Renault.
Financement public français pouvant aller jusqu’à 850 M€.

4. Le Soutien aux salariés avec le déploiement d’un plan massif sur le développement des compétences et une ambition renforcée pour la formation en alternance.

 

En contrepartie du plan automobile, la filière auto doit s’engager :

  • à aller vers la transition environnementale : 1 million de véhicules hybrides ou électriques en 2025,
  • à améliorer la relation Fournisseur / client,
  • à localiser en France des activités stratégiques.
 
--

Webmestre |