+ services en département
 

 
Accueil > Concurrence et consommation > Actualité de la concurrence et de la consommation > Consommation > OIV Grand Est : pas de trêve pendant les vacances

OIV Grand Est : pas de trêve pendant les vacances

| Publié le 31 août 2017
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Sécurité des consommateurs : pas de trêve en été avec l’opération interministérielle vacances

Pendant la période d’été dans le Grand Est, comme partout sur le territoire national, les agents de la Concurrence, Consommation et Répression des Fraudes concentrent leur activité dans les lieux qui accueillent les touristes ou les enfants inscrits dans des centres de loisirs. Ces actions peuvent aussi associer des agents d’autres administrations, jeunesse et sport notamment.

Pour le Grand Est, à fin août, 1 370 visites ont été effectuées par pour un total de 4 885 actions de contrôle. Le taux infractionnel est de 46%. Mais l’’action se veut aussi pédagogique et dans la grande majorité des cas elle se traduit par un avertissement (469). Dans 15% des cas, elle déclenche une procédure pénale ou administrative.

Concrètement, à titre illustratif, les contrôles consistent à vérifier les conditions d’hébergement dans les campings, les équipements des aires de jeux pour les enfants, les compétences des encadrants. Ils portent également sur la sécurité et la loyauté des transactions sur les produits alimentaires comme le respect de la chaîne du froid, l’origine des produits, la date limite de consommation. D’une année sur l’autre, les anomalies restent assez récurrentes. En restauration, il s’agit du défaut d’information sur l’utilisation d’allergènes, des viandes bovines, les mentions sur les cartes des vins, et en distribution sur l’affichage des prix, mais aussi les températures de conservation des produits alimentaires ou la rupture de la chaîne du froid….

Dans le domaine des produits industriels, une vigilance a été portée sur le « hand spinner ». De nombreuses non conformités ont été relevées, de marquage CE et d’étiquetage relatif à l’avertissement obligatoire d’exclusion d’âge pour les jouets non destinés aux enfants de moins de 36 mois et potentiellement dangereux pour eux (petits éléments du jeu risquant d’être ingérés).

--

->Articles du même thème :

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics