+ services en département
 

 

La Direccte Grand Est se mobilise en faveur des entreprises du ferroviaire

| Publié le 24 avril 2017 | Dernière mise à jour le 18 octobre 2017
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

La filière ferroviaire fait l’objet d’un suivi particulier

La filière ferroviaire fait l’objet d’un suivi particulier au niveau national dans le cadre fixé par une circulaire ministérielle.

La circulaire du 26 juillet 2015 rappelle le contexte très difficile de la filière ferroviaire, notamment concernant le matériel roulant. Après 10 ans de croissance, l’industrie ferroviaire française, qui se classe au 3è rang mondial, devait être confrontée à partir de 2017 à une très forte chute d’activité liée au ralentissement de son marché national, dont elle dépend encore pour 63% de son chiffre d’affaires. La fédération des industries ferroviaires prévoyait en 2018 une perte de 10 000 emplois directs sur les 21 000 que compte la filière. Aussi, le ministère a décidé la mise en place d’un plan d’actions, comportant un important volet régional sur les axes suivants :
- Mettre en place dans chaque région d’une équipe projet animée par un référent ferroviaire désigné dans les Direccte ;
- Visiter systématiquement les sites industriels principaux de la filière ferroviaire ;
- Identifier et accompagner les entreprises sous-traitantes, de rang 2 et plus, clés ou très dépendantes de la filière ferroviaire ;
- Accompagner l’action menée par les grands donneurs d’ordres pour conforter les « champions » de la filière.

La région Grand Est est une région où la filière ferroviaire est importante avec la présence de 3 donneurs d’ordres sur le matériel roulant : Alstom possède un site à Reichshoffen (67) qui produit des trains régionaux, Lohr Industrie à Duppigheim (67), qui produit principalement des porte-voitures, possède une activité de ferroutage sous la marque ModaLohr qui équipe 2 lignes en France ; NTL (New TransLohr), filiale d’Alstom et de Bpifrance basée à Ernolsheim sur Bruche (67) fabrique des tramways sur pneus et a développé un bus électrique. Les sous-traitants sont ensuite principalement des PME. Les sous-traitants travaillent principalement dans la métallurgie ou l’électronique. Hors matériel roulant, il faut évidemment signaler le site British Steel Rail France de Hayange (57) qui fabrique des rails notamment pour les TGV. On peut également signaler la présence de deux sites spécialisés dans la conception, la fabrication et la vente de machines de construction et de rénovation de voies ferrées : Geismar à Colmar (68) et Framafer à Béning-les-Saint-Avold (57).

Dans la région Grand Est, 52 établissements en région Grand Est ont été identifiés pour 5457 salariés et ont fait l’objet d’une visite par des représentants de la Direccte ou d’un membre de l’équipe-projet régional (CCI notamment). Ces entreprises n’ont pas fait part d’autres difficultés que la baisse prévisible des commandes. La rencontre de l’ensemble des entreprises de la filière matériel roulant ferroviaire a permis de faire émerger deux problématiques importantes qui ne sont pas dans le champ de la circulaire : le fret ferroviaire et le démantèlement des trains.

Le Pôle 3 E de la Direccte a réalisé une analyse financière des entreprises de la filière. La situation financière (résultat d’exploitation, résultat net et indépendance financière) des entreprises travaillant pour le ferroviaire est globalement bonne. Des situations fragiles apparaissent dans le résultat d’exploitation des entreprises de plus de 250 salariés appartenant à un groupe, dans le résultat d’exploitation des entreprises de services aux entreprises, dans le résultat net et l’indépendance financière des entreprises de fabrication de matériel de transport.

Suites à cette action tant nationale que régionale, le 5 décembre 2016, le Comité stratégique de la filière ferroviaire (CS2F) du Conseil national de l’Industrie s’est félicité du constat positif présenté par la Fédération des Industries Ferroviaires (FIF) sur le niveau de charges prévisionnel de la filière qui ne suscite plus d’inquiétude, compte tenu des succès qu’elle a remportés à l’international ou en France. Il convient de rester attentif aux situations spécifiques de certaines entreprises qui lui ont été signalées.

Afin de restituer ces travaux, une « journée ferroviaire Grand Est » est prévue à l’automne visant à présenter, à l’ensemble des entreprises identifiées dans la filière du matériel roulant ferroviaire, les pistes de développement qui semblent les plus pertinentes : l’export et le transport urbain (bus, tram…).

En savoir plus :

Contact : François DONNY
03.69.20.99.33

--

->Articles du même thème :

Documents à télécharger :

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics