+ services en département
 

 
Accueil > Haut-Rhin > Actualités > Fermeture du CNPE de Fessenheim - Etude de l’impact sur les sous-traitants

Fermeture du CNPE de Fessenheim - Etude de l’impact sur les sous-traitants

| Publié le 6 décembre 2018
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

La Direccte a confié au cabinet ADIT le soin d’examiner les conséquences de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim sur ses sous-traitants (prestataires permanents et occasionnels).
Le rapport a été présenté à la préfecture de Colmar lors de la réunion du groupe de suivi des mutations économiques du territoire du 7 novembre 2018.

La situation de 1.300 établissements auprès desquels le CNPE a effectué des achats en 2016, 2017 et 2018 a été examinée. Seuls 650 ont eu un contrat supérieur à 1.000€. N’ont été retenues pour les suites de l’enquête que les entreprises dont le volume d’achat annuel était d’au moins 3.000€ et dont le volume d’affaires était supérieur à 1% de leur chiffre d’affaires. 89 établissements ont été interrogés de manière approfondie. Les activités exercées et les tailles des entreprises sont très diverses.

Il en ressort que 22 établissements présentent un niveau de dépendance économique significatif vis-à-vis du CNPE de Fessenheim, parmi lesquels 9 nécessitent un accompagnement renforcé. Ces derniers établissements emploient 160 salariés, dont un quart directement affecté à la centrale.

Le calendrier de décroissance des effectifs des sous-traitants n’est à ce stade pas encore établi avec précision, même si de grandes orientations se dégagent. Après l’arrêt de la production d’électricité, il faudra environ trois ans pour retirer le combustible nucléaire. Des agents EDF et des sous-traitants seront toujours nécessaires pour réaliser cette opération. Par la suite, les travaux de déconstruction devraient durer environ 15 ans.

Certains sous-traitants indiquent souhaiter se positionner sur tout ou partie des travaux de déconstruction.

Les services de la Direccte participent, aux côtés d’autres acteurs, au suivi et à l’accompagnement de toutes les entreprises sous-traitantes.

L’Etat finance également les travaux de la cellule d’accompagnement personnalisé des salariés des entreprises sous-traitantes permanentes (CAP), mise en place avec EDF, le GIMEST, la Région et Pôle emploi. Les partenaires sociaux sont associés au pilotage des travaux de cette cellule, dont la partie opérationnelle a été confiée au cabinet Altedia.

Une autre étude, confié par l’Etat et la Région aux cabinets Algoé, Adéquation et Finance Consult, examine l’ensemble des effets diffus de la fermeture sur le territoire (commerçants, artisans, services publics, logements, dynamiques associatives…). Les restitutions de celle-ci interviendront à la fin de l’année 2018, avant des propositions concrètes pour les acteurs en 2019, parallèlement à la signature du projet de territoire.

 

 

 

 

--

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics